Lexique

Travail en cours …. au 10 novembre 2017

Agglomération transfrontalière  : Espace urbain caractérisé par une continuité morphologique ou fonctionnelle et qui est traversé par une ou plusieurs frontières internationales. L’organisation spatiale de cet ensemble est largement influencée par l’existence de la discontinuité territoriale.

Discontinuité : Rupture brutale. Contrairement à la limite qui circonscrit simplement deux espaces, comme par exemple des limites administratives, la discontinuité engendre des processus d’organisation ou de désorganisation de l’espace. Les discontinuités socio-spatiales sont parfois des ruptures brutales dans l’espace urbain. La frontière est la confrontation du contrôle de deux territoires. Certaines discontinuités coïncident aussi avec des frontières entre deux Etats. Ainsi, le différentiel de niveau de vie entre l’Espagne et le Maroc est de l’ordre de 1 à 12, cela constitue une discontinuité. En analyse spatiale, l’effet de discontinuité d’une frontière signifie que les espaces séparés par la frontière ont chacun un degré élevé d’homogénéité interne, ce qui induit de fortes différences entre eux.

Dyade : Néologisme proposé par Michel Foucher pour désigner une « frontière commune à deux États contigus » (1991, p.15). Le monde compte actuellement 319 dyades terrestres (leur nombre varie évidemment en fonction du nombre des entités prises en compte, ce chiffre prend en compte les 193 membres des Nations Unies mais aussi la Palestine et le Vatican, — tous deux pays observateurs à l’ONU — soit 195 entités). L’enveloppe frontalière d’un État se subdivise ainsi, en général, en plusieurs dyades. Le Luxembourg en compte ainsi trois : avec la Belgique (148 km), l’Allemagne (138 km) et la France (73 km). La Chine et la Russie sont les deux pays qui comptent le plus de dyades (14 chacun). A l’inverse, un État entièrement enclavé dans un autre ne compte qu’une seule dyade ; ainsi, l’enveloppe frontalière du Lesotho (910 km) correspond-elle à une seule dyade, avec l’Afrique du Sud. La notion de dyade proposée de façon monoscalaire peut être élargie et pensée à une triple échelle. Les processus d’intégration régionale (du type de celui de l’Union européenne), concomitant de l’octroi de compétences de plus en plus importantes à certaines régions (devolution en anglais), permettent d’envisager une hiérarchie des dyades et de distinguer successivement anadyades, mésodyades et catadyades. Les anadyades (supra-frontières) correspondent à l’enveloppe extérieure d’une organisation intégrée comme l’UE ou, plus particulièrement, le pourtour de l’espace de Schengen. Dans cet espace, le traité d’Amsterdam (1997) distingue de façon inédite deux catégories de dyades : les « frontières intérieures » et les « frontières extérieures ». C’est sur ces dernières que sont reportés, en théorie au moins, les contrôles frontaliers alors que les Accords de Schengen prévoient la suppression pure et simple des contrôles aux « frontières intérieures ». Ainsi, les frontières externes se trouvent surévaluées par rapport aux frontières des États et peuvent être appelées anadyades. Les dyades des États peuvent être appelées mésodyade, ou frontières « intermédiaires ». Enfin, à l’intérieur des Etats, les frontières de régions dotées de statut d’autonomie ou de compétences juridiques et politiques fortes (Länder allemands) peuvent être appelées catadyades (ou infra-frontières). Ainsi, les processus d’intégration régionale et de dilution de la souveraineté étatique permettent-ils d’élaborer une hiérarchie inédite, et plus fine des frontières, en tant que lignes de séparation dans des espaces multiscalaires. (Référence : Michel Foucher, 1991, Fronts et frontières, Paris, Fayard).

Frontière : Notion polysémique qui s’applique à de nombreuses formes de discontinuités et désigne toute séparation entre deux ensembles distincts, deux territoires. L’espace terrestre est ainsi jalonné de multiples frontières. Ce terme désigne malgré tout le plus souvent, l’enveloppe extérieure du territoire d’un État. Dans les sciences sociales depuis les années 1990, on a de plus en plus référé aux « frontières » pour désigner les constructions symboliques et sociales séparant des groupes identifiés (ethnies, races ou classes) plus que pour parler de la séparation entre les États – perçu dans les années 1990 comme voués à l’effacement. Effectivement, d’un point de vue académique, l’usage de l’expression de « frontière internationale » pour désigner la limite entre deux États paraît utile tant le mot frontière est devenu polysémique.

Frontièrisation, défrontièrisation, refrontièrisation (bordering, debordering, rebordering) : Processus d’émergence et de transformation de la frontière. Les trois termes qui sont les traductions des termes anglais ‘bordering, debordering, rebordering’ insistent sur l‘idée que la frontière n’est pas qu’une limite, mais qu’elle est aussi et surtout liée à l’évolution et au transformations des propriétés de cette dernière. Le premier terme évoque l’émergence, l’instauration et la consolidation de la frontière en tant qu’objet matériel et symbolique à travers l’instauration de dispositifs d’affirmation et de régulation du pouvoir. La production de la frontière westphalienne entre dans ce registre et induit séparation, distinction et différenciation. C’est en cela que la frontière est considérée comme ‘une construction territoriale qui met de la distance dans la proximité’ (Arbaret-Schultz, 2008). Le second terme renvoie à l’atténuation ou à la disparition des effets de barrière sur les frontières internationales (réductions des droits de douane, diminution ou fin des contrôles, etc.). Cette dévaluation ou défonctionnalisation est le produit d’une négociation entre des Etats dans le cadre de la construction d’une entité régionale, dans un contexte mondial de développement des échanges ou lors de la signature d’accords bilatéraux. L’objectif de ces mesures est destiné à favoriser la croissance des interactions transfrontalières (à l’échelle internationale, régionale ou locale). Elle est parfois assimilée (à tort) à une disparition de la frontière, ce qui n’est pas le cas puisque même en cas d’élimination de toutes les formes de contrôle sur la limite, les différentiels continuent d’exister. Le troisième terme définit les processus de réémergence de certaines fonctions de la frontière après une dévaluation. Ce processus prend en compte la mise en place de dispositifs inédits de contrôle par exemple, mais elle prend en compte également toutes les dimensions (symboliques, matérielles, politiques) qui réintroduisent ‘de la distance dans la proximité’. Ce processus concerne à la fois les frontières westphaliennes et l’ensemble des nouvelles formes qui émergent à l’écart de ces dernières (cf. frontièrité).

Gouvernance transfrontalière (ou coopération transfrontalière) : Ensemble des cadres formels et informels qui sont instaurés par les collectivités publiques frontalières pour développer leurs projets communs à des échelles locales ou régionales. Synonyme de coopération transfrontalière, ce cadre de concertation comporte une dimension politique dans la mesure où il permet la rencontre entre des collectivités publiques qui sont inscrites dans des cadres nationaux et des régimes politiques différents. Il comporte également une dimension stratégique car il s’agit souvent de s’accorder sur des orientations futures. Dans le contexte européen, la gouvernance transfrontalière est souvent liée aux politiques menées par l’Union européenne (programmes Interreg). Ces cadres ne sont cependant ni des instances de régulation, ni des autorités politiques et leur pouvoir reste souvent limité car les actions relèvent des collectivités dans leurs territoires nationaux respectifs.

Smart Border (ou frontière intelligente) : « Frontière intelligente », cette expression popularisée par la Smart Border Initiative états-uniennes de 2001 (consécutive aux attentats du 11 septembre), désigne une frontière d’une façon générale, mais surtout la capacité des points de passage frontaliers à analyser les flux transfrontaliers de façon rapide et efficace (détection des fraudes, des individus non désirables). Cette frontière « intelligente » est le fruit de « dispositifs » multiples (institutions, discours et pratiques) et de procédures complexes qui s’appuie largement sur l’électronique, les banques de données informatiques (Data Centers) et diverses technologies (scanners).

Groupement d'intérêt scientifique transfrontalier Franco-Belge