Présentation du programme

Dans le cadre des appels à projets 2016-2017, le laboratoire ‘Discontinuités’ a déposé en novembre 2016, un projet intitulé ‘La Frontière entre ouverture, protectIon et coopération : représentations et pratiques des dyades franco-belge et franco-britannique’ (FOPTIC).
L’objectif de ce projet qui s’inscrit dans le champ des ‘borders studies’ qui depuis plus de 20 ans regroupe des recherches pluridisciplinaires en sciences sociales sur les dynamiques des frontières est de voir dans quelle mesure le renforcement récent des frontières (rebordering) influence les acteurs publics aux échelles locales et régionales en termes de pratiques et de représentations.
En effet, dans le cadre de la construction européenne, les Etats ont procédé à une « dévaluation des frontières », ce qui a conduit à opérer une distinction entre des frontières internes et des frontières externes. Dans le même temps, de nombreuses coopérations transfrontalières, encouragées par les institutions européennes ont vu le jour. L’euroscepticisme, la résurgence des nationalismes semblent remettre en cause cette vision d’une frontière ouverte, interface ou lieu d’articulation, au profit d’une frontière présentée comme une figure de protection et de distanciation matérielle et symbolique. L’idée est d’utiliser le champ de la coopération transfrontalière comme un révélateur des discours et des représentations portant sur l’Europe en tant que projet politique et la frontière en tant qu’objet géopolitique. Notre hypothèse est que les acteurs locaux de la coopération transfrontalière continuent à s’impliquer et à développer des projets, en dépit d’un contexte général plutôt anxiogène, mais que ceci se traduit par une réorientation de certains de leurs projets.
Le projet que nous avons déposé à la MESHS n’a pas été retenu, alors que nous pensons que les changements à l‘ordre du jour méritent incontestablement une attention et une analyse. Nous
avons alors envisagé de réécrire ce projet en vue de le présenter dans le cadre de l’appel à projet générique de l’ANR 2018 qui a débuté cet été dans le point B9 ‘Liberté et sécurité de l’Europe, de ses citoyens et de ses résidents’ en mobilisant les membres du GIS transfrontalier ‘Institut des Frontières et des Discontinuités’ et des collègues de plusieurs autres universités françaises (U. Lorraine, U. Strasbourg, U. Perpignan). Du fait de lourdes charges de travail des uns et des autres et de certains changements institutionnels, il nous a semblé préférable de décaler le dépôt de ce projet d’un an (en septembre 2018). L’idée est cependant pendant cette année d’avancer sur la partie méthodologique et d’élaborer un questionnaire qui serait testé auprès de plusieurs acteurs de la coopération transfrontalière. En disposant d’un questionnaire finalisé, nous espérons ainsi conforter la probabilité de voir le futur projet retenu. L’idée est aussi d’interroger plus particulièrement un type d’acteurs qui est particulièrement confronté à la contradiction du jeu des frontières. C’est pourquoi nous avons choisi de retenir avant tout des acteurs publics impliqués dans des projets à l’échelle de métropoles transfrontalières où la dimension de circulation et d’ouverture de la frontière semble vitale et où les projets de coopération ont souvent été particulièrement aboutis. D’autre part, nous prévoyons également une réunion à Strasbourg afin de discuter du contenu du projet à préparer pour l’ANR. Nous envisageons de faire des économies d’échelle en profitant de ce séjour à Strasbourg pour interroger 3 acteurs clés dans cette ville, puis de nous rendre dans la continuité à Bâle pour procéder de même (Strasbourg et Bâle sont distantes de 130 kilomètres).
Sur le plan méthodologique, l’objectif est d’élaborer un questionnaire portant sur les pratiques de la coopération transfrontalière, sur la manière dont les changements en cours sont perçus et sur
les implications de ces changements sur leurs projets.Ce questionnaire serait par conséquent testé auprès de quelques acteurs-clé de la coopération dans les régions métropolitaines de plusieurs zones frontalières. Cette rencontre avec des acteurs permettrait aussi de recueillir des informations qualitatives qui seraient analysées et exploitées dans le cadre d’une conférence et d’un article. Le projet que nous présentons ici est déposé en même temps au sein du laboratoire Lother de l’Université de Lorraine dans le cadre de l’installation d’un nouveau professeur, Grégory Hamez. Le questionnaire serait élaboré conjointement (avec une analyse critique des collègues des autres universités), puis serait testé par Grégory Hamez dans la métropole transfrontalière luxembourgeoise. Les deux membres impliqués du laboratoire ‘Discontinuités’ procèderaient aux tests dans la région lilloise et dans les métropoles de Strasbourg, de Bâle et de Genève. Ce choix a été opéré en raison des connaissances linguistiques et du terrain. Bernard Reitel a une bonne pratique de l’allemand et une bonne connaissance de Bâle et de Strasbourg qu’il a étudié dans le cadre de son HDR.
François Moullé quant à lui connaît très bien la métropole genevoise.
La réunion programmée à Strasbourg au printemps 2018 permettrait de concilier une rencontre entre les différents protagonistes du futur projet ANR et de tester le questionnaire auprès de certains acteurs clés.

Groupement d'intérêt scientifique transfrontalier Franco-Belge